Newsletter

baner blocarticlesrecents feeaz contact logosaf precaution
La graisse de canard dans les savons

le 06 June 2013

En parallèle de mon savon à la graisse de canard, j’avais fait trois petits savons « test » pour voir les différences entre l’huile d’olive et la graisse de canard en saponification.

Ils ont été faits il y a bientôt deux mois, voici leur formule :

 

 

Le savon à l'huile d'Olive mousse peu, même en savonnant longtemps. Il devient rapidement gluant, ce qui n'est pas du goût de tout le monde, bien que cela le rende assez agréable et doux à l'utilisation. Il fond vite et a du mal à sécher. Il laisse un léger film sur la peau.

 

Le savon à la graisse de canard forme une mousse très dense et crémeuse mais peu abondante. Il est très onctueux à l'utilisation, mais une fois rincé il ne laisse pas de film sur les mains, ce qui le rend moins doux que celui à l'olive. Je trouve tout de même sa mousse plus agréable. La fonte me parait plus lente que le savon à l'huile d'olive.

 

Le savon moitié / moitié est un bon compromis entre les qualités et les défauts des savons précédents. Il produit une mousse assez abondante, entre le crémeux de la graisse de canard et les bulles de l'huile d'olive. Je le trouve moins asséchant que  celui à la graisse, et moins gluant que celui à l'olive. Bref, un savon aussi agréable à l'utilisation qu'après rinçage ! 

 

Conclusion, je préfère largement le crémeux de la graisse de canard au poisseux de l’huile d’olive. Je ne bannirais pas pour autant l’olive de mes savons, mais je pense en mettre un peu moins pour éviter que mes savons deviennent trop gluants et qu’ils fondent trop vite. Par contre, malgré la douceur de la graisse de canard, je trouve ma peau un peu trop asséchée après rinçage. Le savon 50/50 me parait être un bon compromis entre les deux, quoi qu’encore un peu trop poisseux à mon goût.

 

 

Le savon que j’avais fait il y a deux mois est en train de devenir un de mes favoris, il fond lentement et reste bien sec (pas d’effet gluant à l’horizon), et est très, très doux ! 

3 COMMENTAIRE(S)
Pas-a-pas du savon a la potasse

le 05 June 2013

Il y a quelques jours je vous parlais de mon savon à la potasse. Voilà un petit pas à pas plus complet, en images. Je l’espère adapté aux débutants, mais si il y a le moindre souci, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires !

 

 

AVANT DE COMMENCER

Il est nécessaire de calculer la quantité de potasse que l’on va utiliser pour notre savon. Comme pour un savon à la soude, on va utiliser un calculateur qui prend en compte la potasse. Pour ma part j’utilise SoapCalc en m’aidant de la traduction Google. On sélectionne « KOH » pour la potasse, on entre le poids des total des huiles (en grammes), la concentration de la lessive de potasse (33% pour moi), et la réduction de sécurité (j’ai mis 3%). On sélectionne ensuite ses huiles et leurs pourcentages dans la recette. Clic sur « calculer » puis « visualiser ». Une nouvelle page s’ouvre. On y retrouve les informations rentrées précédemment, comme le poids des huiles, la concentration de la lessive etc. Dans le tableau violet, on retrouve les poids de l’eau et de la potasse qui seront utiles pour la recette. (NB : il faut refaire ces calculs à chaque modification de la recette, même minime).

Précautions importantes pour la manipulation de la potasse (hydroxyde de potassium) : « L'hydroxyde de potassium est corrosif. La dissolution d'hydroxyde de potassium dans l'eau est très exothermique, ce qui rend les éclaboussures dangereuses. La potasse caustique est irritante et corrosive pour la peau, les yeux, les voies respiratoires et digestives. Elle doit être manipulée avec des gants, des lunettes de protection et une protection des voies respiratoires. En cas de contact avec la peau ou les yeux, rincez abondamment (15 à 20 minutes) avec de l'eau et consultez un médecin. » (source : Wikipédia) Veillez à respecter toutes les précautions d’usage pour ce type de produit et protégez votre peau, yeux et voies respiratoires ainsi que votre plan de travail et tenez votre entourage à l’écart.

UN PEU DE TRAVAUX MANUELS !

Une fois toutes les précautions prises, la première étape est la préparation de la lessive de potasse, c’est-à-dire la dissolution de la potasse dans l’eau. C’est là que les calculs réalisés auparavant sont utiles. La dissolution de la potasse dans l’eau provoque une réaction exothermique (produit de la chaleur). Pour éviter que le mélange ne chauffe trop, on utilise de l’eau déminéralisée congelée dans des bacs à glaçons quelques heures auparavant.

Dans un récipient en verre (du type Pyrex de préférence, assez haut et pas trop large), on pèse la quantité de glaçons nécessaire, en complétant avec un fond d’eau froide (se reporter aux calculs de SoapCalc ou autre). On fait la même chose pour la potasse, toujours dans un récipient en verre.

Puis, (moult précautions prises) on verse doucement et petit à petit la potasse DANS les glaçons (et jamais l’inverse, sous peine de violentes éclaboussures). Entre chaque ajout, on mélange avec une cuillère en bois ou un agitateur en verre. Cette étape peut prendre du temps car il faut éviter de tout verser d’un coup, afin de limiter la chauffe et de faciliter la dissolution. Veillez à travailler dans un endroit aéré et sécurisé, à l’abri des enfants et animaux, et libérez votre plan de travail pour éviter des mouvements brusques ou imprécis. Pensez aussi à bien protéger votre peau avec des vêtements longs et couvrants, ainsi que vos yeux et vos voies respiratoires.

Une fois la que la dissolution est complète, laissez la lessive de potasse reposer pendant au moins une petite heure. Là aussi, rangez la bien à l’abri des petites mains, et si vous n’êtes pas seul(e) dans votre maison, étiquetez le récipient comme dangereux pour éviter la confusion de votre lessive avec d’autres liquides de même apparence.

Pendant ce temps, faites fondre vos huiles au bain-marie (si nécessaire). Sortez du bain-marie et laissez tiédir. Utilisez un récipient en verre ou inox assez grand pour contenir un peu plus que les huiles plus la lessive.

Ensuite, on procède de la même manière que pour un savon à la soude. On verse doucement la lessive de potasse dans les huiles (et pas l’inverse). Puis, avec un mixeur à pied dédié uniquement au savon, on mélange (en faisant attention aux éclaboussures) jusqu’à l’apparition de la « trace ». Le mélange doit s’éclaircir et s’épaissir en laissant une légère marque à la surface si on laisse tomber quelques gouttes, un peu comme une pâte à gâteau.  

Mettez votre pâte à savon au bain marie très chaud (mais avant ébullition) et mélangez régulièrement au fouet ou à la spatule.

Le mélange va alors passer par plusieurs étapes, voici celles que j’ai rencontrées :

H+ 15mn : Ma pâte a rejeté de l’huile en surface et a commencé à former des grumeaux.

 

 

H+ 30mn: On ajoute ensuite la glycérine et l’huile de surgraissage. Cette huile ne sera pas saponifiée, puisque « en surplus ». Je mets généralement 8 ou 9 % de surgraissage dans mes savons, mais libre à vous d’en ajouter plus ou moins selon vos envies de douceur, en évitant tout de même des pourcentages trop extrêmes qui pourraient rendre le savon trop asséchant ou trop sensible au ranciement. Pour calculer la quantité d’huile à ajouter, on prend comme base le poids total des huiles utilisées. Pour un savon contenant 500g d’huiles où l’on voudrait ajouter 8% de surgraissage, on fait le calcul suivant : 500/100x8 = 40g d’huile de surgraissage. Ajoutez un peu de vitamine E si vous voulez protéger vos huiles plus longtemps du ranciement (0,1%).

La pâte commence à s’épaissir et à prendre de la consistance. 

 

      

 

H+ 40mn : La pâte a subitement épaissi assez fortement, elle devient difficile à manier. 

 

 

H+ 45mn : Elle devient plus translucide et aérée.

 

 

 H+ 1h20 : Arrêt de la cuisson. 

 

 

Sortez le récipient du bain marie et laissez refroidir. Ajoutez ensuite vos flagrances ou huiles essentielles, ou tout autre ajout (rhassoul, poudre ayurvédique, exfoliant, colorant dilué dans un peu d’huile…). Mettez en pot, et oubliez votre savon pendant au moins une semaine (c’est le minimum, attendez un peu plus de préférence). Pendant ce temps, il va devenir plus élastique et plus translucide, le pH va baisser légèrement. Avant d’utiliser votre savon, vérifiez le pH qui doit être inférieur à 10.

Vous pouvez aussi diluer votre savon dans de l’eau chaude pour obtenir un savon liquide, selon vos envies ou vos besoins. Personnellement je le trouve parfait comme ça !

 

Je publierai prochainement un dossier sur la saponification à froid et les protections respiratoires à utiliser contre la soude, inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas le louper ;)

5 COMMENTAIRE(S)
Savon Lilas

le 02 May 2013

Ce savon est tout simple par sa composition (olive, coco, pépins de raisins), j’ai surtout voulu tester l’association du orange (macérât d’urucum) et du rose (ultramarine), avec une pointe de blanc (oxyde de zinc).

C’est un peu freestyle, mais j’aime beaucoup le résultat ! Par contre le blanc a craquelé sur certaines parties du savon du coup c’est moins joli par endroits… J’ai remarqué que cela arrivait souvent avec le blanc, peut être une trop forte montée en température ? Si quelqu’un sait d’où ça vient je suis preneuse ;)

 

Il est parfumé avec une flagrance lilas, mais ça n’a pas l’air d’avoir tenu, je verrais à l’utilisation !

 


 

 

8 COMMENTAIRE(S)
Savon fraicheur au Menthol

le 01 May 2013

Pour ces temps de chaleur qui approchent à grands petits pas, j’ai eu envie de faire un savon rafraichissant, aux couleurs acidulées et fraiches. Et quoi de mieux que le menthol pour un coup de fouet bien vivifiant ?

Les cristaux de menthol ont été ajoutés aux huiles tièdes de façon à les dissoudre facilement. L’odeur du menthol ressortait énormément, même après ajout de la soude, c’était à m’en faire tourner la tête.  Cette odeur est encore présente après démoulage, mais nettement moins. J’espère que l’effet fraicheur sera bien présent, lui !

 

Dans le fond du moule, j’ai posé des morceaux de savon au lait d’avoine en forme de triangle.

Le savon a été coloré avec de la chlorelle, qui donne une jolie couleur verte acidulée après passage de la phase de gel. Je n’ai pas de photo pour comparer, mais j’ai fait deux savons avec le reste de ma pâte, qui ne sont pas passés par cette phase de gel que je recherche tant, eh bien ils sont blancs. Je ne comprends pas cette différence entre les deux savons, ce qui est sûr c’est que la phase de gel modifie bel et bien de nombreux aspects esthétiques des savons ! Le pain de savon a un aspect lisse et brillant, légèrement translucide sur les bords, tandis que ceux restés dans les moules individuels sont mats et très poudreux, voire un peu cassants.

 

 

Quoi qu’il en soit, je l’aime déjà beaucoup ce savon, j’ai hâte qu’il ait terminé sa cure et qu’il fasse assez chaud pour l’essayer (parce qu’avec ce temps ça ne donne pas vraiment envie d’avoir un coup de frais sous la douche ^^).

4 COMMENTAIRE(S)
Savon noir au Rhassoul

le 30 April 2013

 

 

Pour la douche, mon chouchou, c’est lui : mon savon noir Coco, Olive et Karité au Rhassoul.

Il sent merveilleusement bon et produit une mousse très fine et abondante, et d’une douceur !

 

 

 

Je ne m’en passe plus, en alternance avec mes savons à la soude c’est vraiment le top du soin lavant pour moi ! ;)

 

 

Comment faire ?

La méthode de départ est la même que pour les savons à la soude. Les précautions d’usage de la potasse sont également les mêmes que pour la soude.

Préparer sa lessive de potasse à l’avance, de la même manière que pour la lessive de soude, en utilisant des glaçons d’eau.

(ATTENTION, la potasse est très corrosive, veillez à respecter toutes les précautions d’usage pour ce type de produit et protégez votre peau, yeux et voies respiratoires ainsi que votre plan de travail et tenez votre entourage à l’écart. Au moindre contact avec la peau ou les muqueuses, rincez abondamment à l’eau claire pendant au moins 10mn et consultez un médecin).

Pour les calculs utilisez SoapCalc ou un autre calculateur qui prend en compte la potasse.

Faire fondre les huiles au bain marie et maintenir la température à 55° environ.

Verser la lessive de soude dans les huiles et mixez jusqu’à apparition de la trace.

Ajouter la glycérine, l’huile de surgraissage et le Rhassoul (+ vitamine E).

Mettre au bain marie très chaud et continuer de mélanger au fouet.

Le mélange peut passer par plusieurs stades (pâteux, grumeleux). Il va finir par s’épaissir et devenir plus translucide. Cette étape prend généralement 1h-1h30.

Mettre en pot et laisser reposer pendant au moins deux semaines. Tester le pH avant utilisation.

Vous pouvez aussi diluer le savon dans de l’eau pour obtenir un savon plus liquide, ou ajouter des flagrances, des colorants… Pour le surgraissage, plus il est important plus le savon sera opaque (mais plus il sera doux !)

 

 

Je l’utilise environ deux à trois fois par semaine avec un gant en lin comme celui-ci :

Pas besoin d’exfolier en frottant fort, il suffit de passer le gant tout doucement en faisant des mouvements circulaires et après rinçage (à l’eau froide pour moi) il laisse la peau touuuuuute douce et satinée.

 

 

Je n’ai pas précisé tous les détails de l’étape de fabrication de la lessive de soude pour des raisons de sécurité. Cette recette ne doit pas être réalisée par un débutant sans connaissance des risques et précautions à prendre pour l’utilisation de produits comme la soude ou la potasse. C’est pourquoi je vous conseille de bien vous renseigner avant de vous lancer si vous n’avez jamais réalisé de savon comprenant un de ces deux ingrédients. :)

 

 

 

4 COMMENTAIRE(S)
Savon multi-couches a la Verveine

le 29 March 2013

 

Pour ma dernière expérimentation savonnesque, j’ai voulu essayer la graisse de canard. J’en ai entendu beaucoup de bien sur divers forums et blogs, elle apporterait beaucoup de crémeux et de douceur au savon. Je l’ai trouvée à environ 4€ le kilo chez mon boucher, déjà purifiée. Dans ce savon, je l’ai dosée à 20 %, et j’ai utilisé du dioxyde de titane et de l’oxyde rouge pour les couleurs. J’ai aussi ajouté environ 0,5 % de flagrance verveine citronnée.

 

 

 

Il est actuellement en cure pour 4 semaines, j’éditerais pour donner mes impressions sur cette fameuse graisse de canard ;) Si la technique employée pour faire ce savon vous intéresse je pourrais en faire un petit tuto prochainement ! 

17 COMMENTAIRE(S)