Newsletter

baner blocarticlesrecents feeaz contact logosaf precaution
Fond de teint oil free

le 12 March 2013

Pour inaugurer ce nouveau blog, je me suis lancée dans la réalisation d’un fond de teint, en essayant de recopier un des plus célèbres d’entre eux. Je l’utilise depuis quelques années déjà, il est super, vraiment rien à redire à part… sa composition. Eh oui, comme toujours, c’est le grand problème des produits du commerce. J’ai donc décidé de l’analyser et de remplacer chaque ingrédient par d’autres, plus naturels, en partant des produits du site Aromazone.

Mon but ? Obtenir une texture « oil free », qui couvre aussi bien que l’original, qui accroche à la peau, et qui tient toute la journée (tout un programme !) J’en avais déjà réalisé un il y a quelques mois, mais je n’avais obtenu rien de tout ça malheureusement !

Voilà la composition d’origine, ainsi que celle de remplacement (sans les proportions pour le moment)

 

J’ai fait mes recherches grâce à plusieurs sites qui recensent les ingrédients cosmétiques et leurs fonctions. Pour certains ingrédients, j’ai pu trouver quelque chose de quasiment identique, pour d’autres j’ai un peu improvisé et je me suis rapproché des propriétés au maximum (merci les fiches AZ!).

Je me suis ensuite penchée sur les ingrédients que j’avais déjà, et j’en ai éliminé quelques-uns qui ne me paraissaient pas indispensables. J’ai regardé les fiches ingrédients, noté les dosages recommandés dans un tableau, et j’ai construit une recette à partir de ça, en gardant à peu près l’ordre des ingrédients originaux. La voici donc !

 

 

Je ne peux pas vous donner les pourcentages exacts de colorants, juste vous dire que pour une teinte claire et couvrante il faut beauuuucoup plus d’oxyde de zinc que des autres pigments ! Allez-y doucement, une micro pointe de couteau suffit pour vos essais si vous ne voulez pas finir avec une teinte pâte à tartiner :)

Ensuite, je me suis demandé comment introduire les pigments dans ma crème sans me tromper et tout faire rater. Sur les fiches pigments d’Aromazone, ils conseillent de les ajouter dans la phase huileuse. Le problème, c’est que si je me trompe, c’est difficilement rattrapable... Ma méthode : après avoir réalisé le fond de teint (qui est donc blanc), je prélève une toute petite partie que je mets dans mon mortier avec mes pigments. Je mélange bien, et après avoir obtenu une teinte légèrement plus foncée que celle voulue, j’ajoute petit à petit cette crème colorée dans mon fond de teint blanc. Comme ça je peux obtenir exactement la teinte que je veux, sans risquer de mettre trop de pigments ou de mal les mélanger.

Premier essai

J’ai rencontré un problème au moment de l’ajout de mes pigments : lors de mon tout dernier ajout, mon fond de teint a pris une texture bizarre. La crème était bien lisse, et elle est devenue mousseuse, un peu granuleuse, et une couche « d’huile » s’est formée sur le dessus, comme si la crème suait.

Premier essai raté donc. Il reste utilisable, mais il n’est pas vraiment présentable !

 

Deuxieme essai

J’ai cherché ce qui aurait pu provoquer ce déphasage, et j’en suis arrivé à la conclusion que c’était à cause des émulsifiants, et de mon pourcentage d’huile. J’ai remanié ma recette (en priant très fort pour que ce soit la bonne !), et recommencé.

 

 

 

Et la marche à suivre que j’ai établie AVANT de commencer, histoire de ne pas me tromper ! (j’ai rajouté quelques notes par la suite)

Phase A (aqueuse) : Mélanger l’eau, la glycérine, la gomme d'acacia, la poudre de pierre d'alun, les sels d'epsom, et les poudres de bambou et de riz.

Puis, chauffer le mélange au bain marie à environ 70°, éteindre et laisser le récipient dans l'eau.

Phase B (huileuse) : Pendant ce temps, dans un autre récipient, mélanger l'acide stéarique, le mélange de gomme de carrageane et d'eau (coco silicone), le dicaprylyl carbonate, et le caprylis.

Placer le récipient dans le bain marie encore chaud, à côté de l'autre récipient. Remuer de façon à ce que l'acide stéarique fonde complètement.

Ensuite, retirer les deux phases du bain marie.

Ajouter la gomme de xanthane dans la phase A, remuer.

Ajouter le stéarate de magnésium, la lécithine de soja, et l'ester de sucre dans la phase B, bien remuer.

Il faut que les deux phases soient à la même température, en dessous de 40°, d'où l'intérêt de les laisser refroidir lentement côte à côte dans le bain marie.

Ajouter la phase A dans la phase B, et remuer vigoureusement au fouet pendant au moins 5-10 minutes. L'émulsion prend très lentement, un lait se crée pendant environ 5 minutes, puis lorsqu'il a suffisamment refroidi, la "crème" se forme. Continuer de remuer pendant environ 5 minutes.

Ajouter la phase C (ajouts, sans les pigments), et mélanger.

Transférer une petite partie de la crème dans un mortier, et ajouter environ 10% (du poids total de la préparation) d'oxyde de zinc. Bien mélanger avec le pilon. Ajouter ensuite très lentement et petit à petit les autres pigments. Ajuster la teinte, et bien mélanger. Lorsque la pâte devient trop épaisse, ajouter encore un peu de crème dans le mortier. Répéter ces opérations autant que nécessaire afin d'obtenir la teinte voulue ainsi qu'une couvrance correcte. Finir par transférer la totalité de la crème dans le mortier, broyer tous les pigments, en ajouter si besoin. Finir par mélanger au fouet pour homogénéiser.

Transférer le fond de teint ainsi obtenu dans un flacon.

 Resultat

Au final, je suis plutôt ravie ! J’ai pas mal d’imperfections, microkystes, cicatrices, et je voulais vraiment un fond de teint qui couvre. Je ne l’utilise pas sur l’ensemble du visage, seulement par touches, là où j’en ai besoin. Eh bien, mesdames et messieurs, IL COUVRE ! Pas autant que l’original, mais presque ! J’aurais voulu rajouter de l’oxyde de zinc pour augmenter son pouvoir couvrant, mais je n’en avais plus... Sinon, la teinte est un peu trop rouge, j’ai trop forcé dessus en voulant foncer la couleur, mais là c’est carrément trop… ça m’oblige à beaucoup tirer le fond de teint, et du coup il perd de sa couvrance. Par contre, il laisse la peau toute douce et poudrée. Côté texture, il est comme je le voulais, je ne pensais vraiment pas réussir à approcher la texture « fond de teint du commerce »). Je pense que je peux dire merci au dicaprylyl carbonate, au stéréate de magnésium et au caprylis sur ce coup là ;) 

 

2 COMMENTAIRE(S)